Un clone de Facebook lancé en Corée du Nord a été hacké par un ado écossais

La Corée du Nord a lancé fin mai un réseau social ressemblant trait pour trait à Facebook. Ce clone, nommé Starcon, a rapidement été hacké par un jeune Écossais. Il est pour le moment hors ligne.

L’apparition d’un nouveau site en .kp, l’extension nord-coréenne, est toujours un évènement sur Internet. La création de Starcon.net.kp a donc intrigué lorsqu’elle est intervenue fin mai. Et pour cause, il s’agit d’une copie du réseau social le plus utilisé au monde : Facebook.

Corée-facebook

 

Même fonctionnement, même charte graphique, si on ne parlait pas d’un des régimes les plus fermés au monde, Mark Zuckerberg aurait largement pu attaquer pour plagiat l’autoproclamé « Meilleur réseau social de Corée ».

Si l’on en croit Russia Today, Starcon permet à chacun de s’enregistrer sur le site, que ce soit en Corée du Nord ou ailleurs, et de mettre en ligne une photo de profil, une vidéo ou d’envoyer des messages à ses amis. Un vrai clone de Facebook, on vous dit !

coréedN-facebook

Aussitôt créé, aussitôt hacké

Ça aurait pu être le début d’un joli conte de fées nord-coréen. Mais à peine quelques heures après avoir été repéré par les Internautes, le site a été hacké par un jeune Écossais de 18 ans.

Le site d’information consacré aux nouvelles technologies Motherboard a pu s’entretenir avec ce « hacker » qui répond au nom d‘Andrew McKean. Apparemment, il n’a pas eu besoin de mobiliser de grandes connaissances en informatique pour faire tomber le « Facebook nord-coréen« . Il affirme s’être contenté d’aller sur la page d’administration du site et avoir testé la combinaison d’identifiant et de mot de passe la plus bateau au monde : « admin » et « password ». Pas très malin de la part du responsable de la sécurité…

Andrew McKean prétend posséder les pleins pouvoirs sur le réseau nord-coréen y compris celui « d’effacer et suspendre des comptes, de changer le nom du site, de censurer certains mots, de créer des publicités et de voir les messages de tous les usagers ».

Mais comme un grand pouvoir engendre de grandes responsabilités, le jeune homme affirme à Motherboard ne pas avoir l’intention d’exploiter la faille plus que ça. À la rigueur, il se voit peut-être ajouter un lien vers un site anti-régime nord-coréen, mais pas plus.

Si l’on ne peut pas affirmer avec certitude que cela soit lié à l’intrusion d’Andrew McKean, Starcon était hors-ligne ce lundi.

Source : Mashable

← Avec Bloctel, dites adieu au démarchage téléphonique et aux appels indésirables ASU Cast One, entre la montre connectée et le vidéo-projecteur →

Les commentaires sont fermés